Accueil > Livres Nzoi > Vient de paraître : Sinzo Aanza, Plaidoirie pour vendre le Congo

Vient de paraître : Sinzo Aanza, Plaidoirie pour vendre le Congo

mardi 24 janvier 2023, par Nzoi

 Français
 978-2-36949-025-8
 118 p., 18 000 FC
 Janvier 2023
 La photographie reproduite en couverture a été prise par Géry Barbot lors d’une représentation donnée dans le cadre des Récréatrales de Ouagadougou, en octobre 2020. La mise en scène était d’Aristide Tarnagda.

Le livre

Après une bavure de l’armée, des citoyens d’un quartier populaire de Kinshasa sont invités à déterminer le montant de l’indemnisation versée aux familles des victimes. Comment évaluer le prix d’un être humain ? À cette question cynique répond un débat vif et caustique sur la situation socio-politique du quartier et, plus largement, sur l’état du monde.

L’auteur

Né en 1990 à Goma (RDC), Sinzo Aanza est un écrivain et artiste visuel qui explore les potentialités radicales de la fiction. Son roman Généalogie d’une banalité a été publié en 2015 par Vents d’ailleurs. Après Que ta volonté soit Kin, paru en 2018, Plaidoirie pour vendre le Congo est sa deuxième pièce de théâtre publiée par Nzoi.

Recensions et compte-rendus

Guillaume Lasserre, « 2021, théâtrale », Le Club de Médiapart, 17 janvier 2022 (archive pdf).

« 2021 en dix pièces qui, entre fermetures sanitaires et interdictions culturelles, m’ont marqué. […]
10.- Plaidoirie pour vendre le Congo, Sinzo Aanza, Aristide Tarnagda, Théâtre Acclamations (Théâtre Jean Vilar, Vitry-sur-Seine).

Le texte sublime, effroyable, terriblement humain dans son absurdité, du jeune auteur congolais Sinzo Aanza, mis en scène par Aristide Tarnagda, interroge le prix des morts. Le conseil de surveillance du quartier 2 Masina est réuni pour débattre la proposition du gouvernement d’indemniser les familles ayant perdu un parent dans une bavure de l’armée. On rie des commotions de nos démocraties, des contradictions de nos politiques. “Rire pour expulser le trop de fiel qui bouche les cœurs. On va rire du laid afin qu’affleure le beau. Le rêve”.